Bienvenue !

Vous avez des choses à dire...
Vous vous posez des questions, pour donner un sens à votre vie...
Vous cherchez un espace d'échange convivial pour exprimer ce que vous ressentez...
Vous attendez des réponses à vos questions...


...Alors, en réponse à vos attentes, la paroisse Montfort sur Sèvre en Vendée ouvre ce blog et vous propose de vous exprimer librement.
Ici, tout pourra être dit dans les limites de la courtoisie et du respect mutuel.

Merci d'avance de votre participation.


LE TOME 5 de "Ma paroisse.com" est paru. Vous pouvez vous le procurer en envoyant un mail à Olivier Gaignet en cliquant sur le lien "écrire au Père Gaignet" sous le compteur à gauche de l'écran.
Depuis novembre 2007, le Père Olivier Gaignet partage sur son blog ses réflexions sur Dieu et sur l’Eglise. bien sûr,
mais aussi sur la marche du monde. Il nous invite à réfléchir à des thèmes aussi essentiels que : notre société, les autres religions,
la télé, la politique, l’art, sans oublier ses propres paroissiens.

lundi 15 septembre 2014

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.802 : Re-bonjour à toutes et tous !

Avez-vous passé un bon été ?  Vous êtes-vous refait une santé, physiquement, moralement, spirituellement ?  On pourrait ajouter : socialement, familialement, etc.
Quant à moi, je vous ai portés dans mon amitié et ma prière, jour après jour ; ne cessant de remercier Dieu pour son action en chacun d'entre vous.
En même temps, je me sens un peu honteux de vous avoir fait faux-bond aussi longtemps !
Il ne s'est guère passé de jours sans que quelqu'un ne me demande, y compris en juillet-août, à quel moment j'allais reprendre mes billets.
Mais ces derniers temps, les uns et les autres se sont faits plus insistants. Ainsi, pas plus tard que ce matin, cet appel, reçu par mail d'amis blogueurs protestants : "Comme certainement beaucoup, nous attendons la reprise de vos réflexions sur "Arche de Noé".
J'ai jeté un coup d'oeil sur le compteur : depuis le 5 juillet, le blog a reçu près de 7.000 visites, alors que j'avais pourtant annoncé un temps de pause. Et je n'étais pas là pour répondre à cette attente.  Je m'en excuse profondément, tout en comptant sur votre compréhension !
Au moment de relancer la machine, je voudrais confier avec vous au Seigneur cette année déjà remise sur les rails, à l'aide de cette belle prière proposée par l'Aumônerie nationale de l'Enseignement Public :

Cette année qui commence, je te la confie, mon Dieu.
Fais la heureuse pour ceux que j’aime,
Riche d’expériences,
Claire comme les beaux jours d’été.
Lumineuse comme les gerbes de blé,
Bonne pour tous.

 
Cette année qui commence, je te la confie, mon Dieu.
Fais que je la vive avec conscience,
Donnant aux petites tâches de la vie quotidienne
mon soin et mon souci,
Donnant à ceux que Tu m’as confiés
Mon travail et ma patience.
 
Cette année qui commence, je te la confie, mon Dieu.
Fais que je la vive avec confiance,
Lente dans mon action, attentive, réfléchie,
Semblable à ceux qui s’arrêtent pour penser
qui regardent pour voir,
Qui écoutent pour entendre,
Et qui se penchent pour aider.
 
Fais que je préfère toujours une chose bien faite
dans un jour tranquille,
à beaucoup de choses imparfaites
dans un jour trépidant, sans halte et sans repos.
 
Cette année qui commence, je te la confie, mon Dieu.
Enseigne-moi, au travers de ces jours,
L’art de bien aimer,
La vertu d’être juste,
Patient dans la souffrance,
Généreux dans la joie.  Amen !

samedi 5 juillet 2014

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1801 : Bel été à vous, dans la paix de Dieu, et à plus tard !

Chaque année, c'est avec bonheur que nous voyons arriver la période de l'été. Chacun alors, là où il en est, se sent plus serein, apaisé. N'est-ce pas en effet le moment de chasser d'un grand coup de pied le démon de l'activité incessante, ce diablotin qui risque de nous étouffer ?  D'ailleurs, comme nous le rappelle tout à fait à propos un proverbe chinois, "Un jour de loisir, c'est un jour d'immortalité !"    

A ce sujet, je voudrais vous partager quelques-uns des passages bibliques que je savoure avec délice chaque été :
"Dieu combattra pour vous ; vous, vous n'aurez qu'à rester tranquilles !"  (Exode 14/14)
"Nous avons cherché le Seigneur notre Dieu, nous l'avons cherché, et il nous a donné du repos de tous côtés."  (2 Chroniques 14/16)
"Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien ; près des eaux du repos il me mène ; il me fait revivre." (psaume 23)
"Ainsi parle le Seigneur : arrêtez-vous sur les routes pour faire le point (...)  Où est la route du bonheur ? Alors, suivez-la, et vous trouverez où vous refaire !"  (Jérémie 6/16)
-  "Venez à moi, vous tous qui peinez sous le fardeau, et moi, je vous donnerai le repos."  (Matthieu 11/28-30)

Je vous livre aussi un texte de Saint Bernard, qui fait partie depuis toujours de mon "jardin secret". Il s'agit d'un conseil avisé que Bernard adressait en son temps au Pape Eugène III, qui était toujours débordé... Ce conseil vaut aussi pour chacun d'entre nous !
"Tes occupations, je ne te demande pas de les rompre,
mais simplement de les interrompre.
Puisque tous les autres profitent de toi,
profite donc aussi de toi-même.
Pourquoi serais-tu le seul
à être privé de cette faveur ?
Rappelle-toi donc, je ne dis pas toujours,
je ne dis pas souvent,
mais au moins de temps en temps,
que tu te dois aussi à toi-même.
Est-ce vraiment trop te demander ?"

Au risque de vous décevoir, j'espère que vous ne m'en voudrez pas si je suspens momentanément mes contributions sur ce blog, le temps de cet été.
Grâce à cet avertissement, vous n'aurez pas la désagréable surprise de vous casser le nez en constatant que : "il n'y a encore pas de billet ce matin !"
Mais que fait donc Olivier ?
Il souffle un peu, dans l'amitié avec chacun d'entre vous, et dans la paix de Dieu.
Au fait, je ne vous laisse pas totalement tomber ...
Je vous promets de porter chacun-e d'entre vous dans la prière, chaque jour de cet été !

mercredi 2 juillet 2014

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1800 : La joie d'une première Messe

J'espère que les habitués de ce blog ne m'en voudront pas de revenir encore sur l'ordination récente de mon cousin Christophe !  Mais c'est quelque chose de si marquant... Merci à vous !
Hier mardi donc, dans l'église où Christophe a été baptisé, à notre surprise à tous, car la cérémonie se tenait en pleine semaine et non un dimanche, l'édifice était vraiment bien rempli, avec la présence de nombreux paroissiens, des membres de la famille et de pas mal d'amis.  Belle occasion  pour moi de saluer les uns et les autres, en cette paroisse dont j'étais encore le curé jusqu'il y a deux ans.
Présence appréciée du Père Castet, notre évêque, ainsi que de Jacques Gomart, Vicaire général, alors que Christophe n'a pas été ordonné pour le diocèse de Luçon !  Présence aussi du curé, François Bidaud, de l'ancien prêtre coopérateur, Gilbert Bossis, de l'Abbé Merlet, de Fontaines.
En remerciant les uns et les autres, Christophe a exprimé sa joie d'être entouré de ses deux cousins prêtres : outre moi-même donc, cousin germain de sa maman, l'Abbé Arnaud Babin, cousin du côté de son papa, 41 ans, dont la famille est de Bressuire, et qui est actuellement prêtre du diocèse aux armées, autrement dit aumônier militaire, et à la Légion étrangère s'il vous plaît, au 4° Régiment étranger, à Castelnaudary, avec pas mal de déplacement déjà, depuis des années, sur différents théâtres d'opérations.
Le P. Castet, à raison, a remercié la communauté paroissiale, au sein de laquelle a pu naître et s'épanouir la vocation de Christophe. Sans parler de son papa, membre du conseil de paroisse, et de sa maman, catéchiste, tous deux engagés dans bien d'autres services paroissiaux ou groupes de prière également.
Au cours de son homélie, Christophe a souligné ceci : "Le prêtre est relatif au Christ ; sa vie doit être en permanence en relation au Christ." On le sent d'ailleurs déjà bien habité par ce lien très fort !
Pour la petite histoire, j'ai bien apprécié que, pour son homélie, il ne s'est pas tenu planté derrière son pupitre ; mais, saisissant le micro et se plaçant face à nous, très à l'aise, sans forcément lire son papier, il s'est adressé directement à l'assemblée, en se tournant vers les uns et les autres. A 25 ans seulement, on sent Christophe déjà bien à l'aise pour commenter la Parole de Dieu
Après une année diaconale passée à Fayence - où il a fait partie de l'équipe de foot - dans le diocèse de Toulon, Christophe est nommé à Chinon. Bon ministère à lui désormais !

Frères, Religieuses et Diacre de la famille Gaignet (ou rapportés !) :

Dans mon message précédent, je n'avais cité que les prêtres, à la liste desquels, d'ailleurs, il faut en rajouter trois : Christophe, son cousin Arnaud et moi-même.
Selon la liste publiée en 1967 par mon oncle Louis Gaignet, il y a eu aussi deux Frères, tous deux petits-neveux du "martyr", Jean-Baptiste René Gaignet :
-  Xavier Sacré, en religion Frère Odon, de l'Institut des Frères de Saint-Gabriel, décédé en 1883, à l'âge de 36 ans
-  Joseph Sacré, en religion Frère Sabas, du même ordre religieux, décédé en 1892, à l'âge de 32 ans.
Tonton Louis citait aussi dans sa liste une Religieuse :
-  Soeur Marie de Jésus, des Religieuses de Mormaison, qui était très proche de l'Abbé Jean Gaignet, l'auteur de l'Ave Maria de Lourdes
-  Il faut ajouter à celle-ci Marie-Joseph Gaignet, en religion Soeur Saint-Martin de Vertou, Franciscaine Missionnaire de Marie, longtemps missionnaire au Liban, où je suis allé la rencontrer en 1966, malheureusement décédée depuis, accidentellement.
Et enfin, LE Diacre de la famille, époux d'une cousine germaine, Marie-Hélène Gaignet, fille de Tonton Louis : Victor Manuel de Oliveira. Nous avions participé à son ordination comme Diacre permanent le 22 novembre 2003, en la cathédrale de Chartres, diocèse dans lequel il est incardiné.
Affaire à suivre, si d'autres encore se lèvent, car le Seigneur ne cesse d'appeler !

dimanche 29 juin 2014

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.799 : Deux cérémonies d'ordination sacerdotale en deux jours ! Dont celle de mon cousin Christophe.

Tout d'abord, je voudrais m'excuser auprès des centaines d'habitués de ce blog pour mon silence, cette semaine !  Non par paresse, encore moins par manque d'inspiration... Mais, contrairement à ces paroissiens qui, gentiment, me disent : "Ah ! Vous avez moins de travail en cette période : les communions sont passées..."  Eh, bien, quoique les communions soient passées en effet, je n'ai pas eu une minute de libre cette semaine !  D'où ce grand blanc sur le blog, et j'en suis le premier navré...
Entre autres "occupations", de longs temps d'ordinations, hier et aujourd'hui.  J'arrive de l'ordination d'Alexandre, cet après-midi, sur la paroisse, à la Basilique de St Laurent-sur-Sèvre, tandis qu'hier, j'ai fait quelques centaines de kilomètres pour participer à l'ordination, à Blois, de mon jeune petit cousin, Christophe Granville. C'est le fils d'Anne-Marie, une cousine germaine ; ils habitent Auzay, entre le Gué de Velluire et Fontenay-le-Comte. Etaient présents des membres de la famille bien sûr, mais aussi, des paroissiens et des prêtres d'Auzay, de Fontenay et d'ailleurs.
Une grosse différence entre les deux ordinations : hier, je me trouvais parmi les prêtres les plus âgés, Christophe faisant partie d'une communauté de prêtres plutôt très jeunes, tandis qu'aujourd'hui, une majorité des prêtres vendéens présents avaient des têtes bien blanches !
Hier, un membre de la famille a dit : "Désormais, on aura deux prêtres dans la famille !"  C'est vrai, cela va me changer !  En effet, pour les baptêmes, mariages et sépultures dans la famille, on sera deux désormais.
Mais surtout, quelle joie de voir qu'au moment où j'arrive dans le grand âge, un jeune se lève, au sein de la famille Gaignet-Granville, pour prendre la relève !  C'est, pour la famille et pour moi-même, une immense espérance. Et une grande fidélité à l'histoire et au vécu sacerdotal de notre famille, tel que l'évoquait mon oncle Louis Gaignet, alors maire du Gué de Velluire, dans le bulletin de cette paroisse le 25 juin 1967, à l'occasion de mon ordination :
"L'énumération des membres-prêtres de cette famille est assez éloquente", écrivait-il alors :
-  l'Abbé Jean-Baptiste René Gaignet, prêtre réfractaire, déporté en Espagne en 1792, puis, de retour en France clandestinement, capturé et fusillé à Vannes au nom de sa Foi, à 39 ans, le 28 juillet 1795,  et dont les ossements ont été déposés dans un caveau de la cathédrale de Vannes, où son nom figure sur une plaque.  En 1995, un plein car de la famille était allé célébrer le bi-centenaire, et la messe avait été présidée par un ami, l'évêque de Vannes de l'époque. Cet Abbé rebelle, nous n'osons pas prétendre que c'est un martyr, mais il est considéré comme le saint de la famille.
-  le Chanoine Jean Gaignet (1839-1914), prêtre de St Sulpice, supérieur du grand séminaire de Limoges, auteur-compositeur de l' "Ave Maria" de Lourdes, dont on a dit que c'était le refrain catholique le plus connu dans le monde entier, ce que j'ai pu vérifier ne serait-ce que durant mon séjour au Mali.
-  l'Abbé Hervé-Clovis Gaignet, vicaire à Chantonnay, puis à Luçon où, lors d'une épidémie de variole, il ne cessa d'être au chevet des malades. La contagion le gagna et l'emporta, à l'âge de 29 ans, en 1871.
-  l'Abbé François Gaignet (1845-1902), curé de diverses paroisse, mort curé de Saint Paul en Pareds.
-  le Révérend Père Louis Sacré, petit-fils d'Anne Gaignet, nièce de l'Abbé Jean-Baptiste, prêtre des Missions Etrangères, missionnaire, de 1910 à 1946, aux Indes, où il repose.
-  le Chanoine Narcisse Gaignet (1875-1937), professeur à Richelieu, directeur de la Conférence St Vincent de Paul, supérieur de l'Externat Notre-Dame à Luçon, directeur du journal diocésain "La Voix de la Vendée", chanoine titulaire de la Cathédrale.
Première messe de Christophe à Auzay mardi : l'aventure extrême continue !

lundi 23 juin 2014

Le Blog de l'Arche de Noé 85, n° 1.798 : "Lehaim", "Longue vie à toi ", Haïm Korsia !

Aujourd'hui, mon coeur est en joie, et je ne cesse de répéter : "Merci, Adonaï !"  Cela, suite à l'élection, dont je me doutais, d'un ami proche, auquel j'ai téléphoné ce matin, Haïm Korsia, comme grand rabbin de France. "Lehaïm !"  "Longue vie à lui !"  Et surtout, qu'Adonaï lui permette d'accompagner au mieux la première communauté juive d'Europe, avec ses plus de 500.000 membres en France.  Et parmi eux, la petite communauté israélite présente sur les Sables d'Olonne.
C'est dans cette ville en effet, où se trouve la maison de famille de son épouse Stéphanie, que j'ai eu le bonheur de rencontrer Haïm, en une multitude d'occasions, lorsque j'exerçais mon ministère aux Sables d'Olonne. Tous les Sablais se souviennent de nos démarches communes, tout d'abord, pour mettre en place une synagogue, la seule en Vendée, dans une salle du presbytère Notre-Dame, puis, pour participer aux rencontres régulières du groupe interreligieux local, que nous avions fondé avec les Protestants, les Evangéliques, les Bouddhistes et les Musulmans, et où les Juifs tenaient une place dynamique et appréciée.
Régulièrement, j'étais invité aux fêtes juives ; pour n'en citer qu'une, la fête de Souccoth (la fête des Tentes), sous une cabane en branchages construite dans un jardin.  Et parfois au son du shofar, comme pour fêter le nouvel an juif, l'entrée dans l'an 5766, ainsi que nous l'avons vécu en octobre 2005 par exemple.
A diverses reprises, j'ai invité Haïm à prendre la parole lors de nos cérémonies. Voici par exemple un extrait de son commentaire biblique au cours d'une messe, le 10 août 2003 :
"C'est un grand honneur, un grand privilège de pouvoir partager avec vous un commentaire du Livre des Rois (c'était la 1° lecture du jour).  Parmi vous, je ne suis pas vraiment un étranger.  Je pourrais être le prêtre d'un autre diocèse !  Je suis simplement une "forme de prêtre" d'un diocèse vieux de 2.000 ans... Car nous portons la même parole, le même regard sur le monde. Dieu attend de nous que nous mettions en commun nos différences. Non pas que nous soyons uniformes, que nous nous fondions dans une seule religion mais que, dans nos différences, nous soyons capables de reconnaître son unicité.  Viendra un temps, et nous y contribuons aujourd'hui, où derrière les appellations différentes, derrière les différentes façons de le servir, nous serons unis au nom du Dieu qui est toujours Un, car au sein de chacun de nous brille la même étincelle divine."
Je n'ai pas oublié que, sous l'influence de Haïm, la communauté juive des Sables a offert à l'église Notre-Dame, pour le 15 août 2007, une superbe bannière brodée de la Vierge Marie. De grands médias alors en avaient rendu compte !
Pour la petite histoire, voici copie du mail que j'envoyais le 13 avril 2013 à Françoise Kessler, présidente pour la Vendée de l'AJC (l'Amitié Judéo-Chrétienne), dont je suis adhérent : "Quand j'entendais les médias dire que la communauté juive manquait de personnalités aussi fortes que Gilles Bernheim, je me disais en moi-même : mais il y a Haïm Korsia !"  Apparemment, je n'étais pas le seul à le penser !
"Lehaïm" à toi, Haïm, et à tous les tiens, qui êtes nos "grands-frères" bien-aimés, dans la foi !